hartwigbenzler

Covid-19: Eine Pandemie - aber vielleicht noch mehr?

Coronavirus - pandémie ou guerre bactériologique ? Ou encore autre chose ?
Coronavirus - pandémie ou guerre bactériologique ? Ou encore autre chose ?

Nur für Frankophile. Wer den ganzen Artikel lesen möchte, solle sich per PN melden. Quelle: Rivarol, 01/04/2020, Seit 6+7

Que  sait-on  du  coronavirus  (2019nCoV)  ?  

Le premier patient remonte au 1er  décembre  2019,  ce  qui  suggère  que la  maladie  a  commencé  son  œuvre  en  novembre 2019. Une analyse publiée dans le  Lancet  montre  que  le  coronavirus  (2019nCoV) est  similaire  à  des  coronavirus de chauve-souris déjà connus. Le coronavirus  (2019-nCoV)  diffère  de  (batSL-CoVZC45)  et  (bat-SL-CoVZXC21) à  plus  de  10  %,  ce  qui  indique  que  ces deux virus de chauve-souris ne peuvent pas être l’ancêtre direct du (2019-nCoV).

Beaucoup plus étrange est l’analyse faite par  des  Indiens  et  prépubliée  le  31  janvier 2020.  Elle  montre  que  le  génome  du  coronavirus  (2019-nCoV)  est  dans  l’ensemble similaire à des coronavirus normaux déjà connus.  Mais elle montre  aussi que le génome contient quatre inserts, et ô surprise, ces inserts sont des protéines du virus du  sida  #HIV-1.  Les  auteurs  de  l’analyse s’étonnent de la présence de ces inserts de  virus  du  sida  humain  HIV-1  dans  le  génome d’un coronavirus de chauve-souris. Ils ne croient pas que leur présence puisse être fortuite. Il est peu probable que les quatre inserts dans la glycoprotéine du (2019-nCoV)  puissent  par  hasard  correspondre à deux protéines structurellement essentielles  d’un  autre  virus  non-apparenté  (HIV-1).  

Autrement  dit,  ce  coronavirus (2019-nCoV)  est,  selon  eux,  une  chimère, créée en laboratoire. C’est une arme de guerre de bio-ingénierie. L’analyse  pré-publiée  le  31  janvier  2020 n’est plus disponible ce jour. Elle a été retirée… De deux choses l’une. Soit l’analyse  faite  par  les  Indiens  de  New  Delhi,  à la #Kusuma School of biological sciences (Indian  institute  of  technology)  et  à l’Acharya Narendra Dev College (University of Delhi) est fausse, soit elle gêne. A chacun de se faire son opinion. Peut-on  faire  confiance  à  une  telle  information  ? 

La réputation du #Lancet britannique et du docteur américain, Eric Feigl-Ding, détaché à Delhi, semble le permettre. Sans l’adopter pour autant, cette information constitue un indice sérieux que l’épidémie actuelle pourrait être d’origine humaine et criminelle. Si cet indice se recoupe avec d’autres, la présomption d’un acte de guerre bactériologique ne pourra pas être écartée d’un revers de main. Dans  cet  état d’esprit,  portons  notre  attention sur les informations suivantes  : le Parisien  du  24  février  2020  indiquait qu’en Corée du Sud, l’inquiétude et la colère grandissent au fur et à mesure que les statistiques autour du  Coronavirus tombent. 

C’est  surtout  l’influence  d’une secte chrétienne qui est pointée du doigt ces derniers jours. L’Église évangéliste Shincheonji, de la ville de Daegu, dans le sud du pays, est accusée d’avoir favorisé la propagation de l’épidémie, notamment en dissimulant certains cas suspects. Environ  1250  de  ses  membres  présenteraient  les  symptômes  du  #Covid-19.  Dixhuit d’entre eux rentraient d’ailleurs d’un pèlerinage en Israël où deux cas ont été déclarés là-bas. Ouest-France  indiquait pareillement qu’en  Corée du Sud, environ un demi-million de personnes ont signé une pétition sur le site internet de la Maison bleue, siège de la présidence sud-coréenne, demandant la dissolution de l’Église Shincheonji de Jésus.  […] Ils accusent sa doctrine immorale d’être à l’origine de cette vaste contamination au Covid-19,  […]  Les  autorités  affirment qu’environ  9  300  membres  de  l’Église  de Shincheonji de Jésus à Daegu ont été placés  en  quarantaine  ou  doivent  demeurer chez eux.  […] Daegu est le lieu de naissance de Lee Man-hee, fondateur de cette secte dont les membres croient qu’il a repris le rôle de Jésus-Christ et emmènera 144  000  personnes  avec  lui  au  paradis  le jour du Jugement dernier.  […] 

Par ailleurs,  début mars, le département du Haut-Rhin est devenu, en quelques heures,  «  le plus fort cluster de coronavirus  »  en France, selon la maire de Mulhouse Michèle Lutz (LR). En cause  : de nombreux  malades  recensés  chez  les  fidèles ayant participé à une «  semaine de Carême  »  du  17  au  24  février  [2020],  au sein de l’église évangélique de la ville, l’une des plus grandes de France où plus de 2000 personnes étaient conviées. La  propagation  du virus  peut  s’expliquer par la nature même du rassemblement. Patrick  Vogt, médecin généraliste à Mulhouse, expliquait dans  L’Alsace  : «  […]  Ils sont restés plusieurs heures et plusieurs jours ensemble, s’embrassant, se touchant, ayant une grande proximité du fait de leur pratique religieuse.  »  […] 

A  la suite de ces informations, on observe que  : 

1.-  Le  #coronavirus  2019-nCoV  pourrait être le produit d’un virus naturel et de manipulations de laboratoire. Cette supposition n’est pas à exclure lorsque l’on connaît le génie du mal des maîtres actuels du monde. Leur capacité les rend aptes à porter un projet comme celui-ci. 

2.  Dans  le  «  bon  terrorisme  »,  ils n’agissent pas à visage découvert. Ils soustraitent leurs projets soit chez leurs ennemis, musulmans la plupart du temps, soit chez des «  idiots utiles  », alliés de circonstance comme pourraient l’être les Chrétiens évangéliques. 

Le sionisme chrétien est le nom donné au courant du christianisme évangélique selon lequel la création de l’État d’#Israël en  1948  est  en  accord  avec  les  prophéties bibliques et prépare le retour de Jésus comme Christ en gloire de l’Apocalypse. De  ces  réflexions  et  de  ces  informations,  on  se  risque  à  élaborer  une  hypothèse qui soutient la comparaison avec bien d’autres  : les mondialistes ont voulu vérifier  la  fiabilité  d’un  virus  issu  d’un laboratoire. Ils auraient utilisé des Evangélistes pour créer  des foyers d’infection en  Asie  et en  Europe. Les  Coréens  du  Sud auraient  été  en  charge  de  propager  l’épidémie en  Asie. En Europe, le foyer d’infection serait le grand rendez-vous évangélique de Mulhouse.

CE SUSPECT LABORATOIRE P4 DE  #WUHAN À L’ORIGINE D’UNE #GUERRE #BACTÉRIOLOGIQUE

En complément de cette hypothèse, on peut  imaginer  une  fuite  du  laboratoire  P4 de  Wuhan.  Selon  https://fr.wikipedia.org/ wiki/Laboratoire_P4  : «  La  classification  P4  d’un  laboratoire signifie  «  pathogène  de  classe  4  »  […]. Ces  agents  de  classe  4  sont  caractérisés par leur haute dangerosité (taux de mortalité très élevé en cas d’infection), l’absence de  vaccin  protecteur, l’absence de traitement  médical  efficace,  et  la  transmission possible par aérosols.  » Le communiqué ci-dessous apprend que le  12  février  2020,  les  hauts  responsables du  laboratoire  P4  de  Wuhan  ont  été  destitués. Ci-dessous quelques extraits  : http://www.wikistrike.com/2020/02/ la-militarisation-du-laboratoire-p4-dewuhan-a-moins-de-5km-du-marche-etde-l-epicentre-souleve-de-nouvellesquestions-sur-l-origine «  La  militarisation annoncée  du laboratoire P4 de Wuhan  a soulevé de nouvelles questions sur l’origine du virus Covid-19  […]  Suite  à la destitution des plus hauts responsables de la santé à Wuhan, les media d’État chinois viennent de rapporter que Chen Wei, l’expert en chef de la défense contre les armes biochimiques en Chine, va maintenant être stationné à Wuhan  pour diriger les efforts visant à vaincre cet agent pathogène mortel  […].

Selon  le  rapport  du  PLA  Daily  (People’s Liberation Army  Daily),  Madame Chen Wei  a  le  rang  de  général  de  division  ;  […] il suggère fortement que l’APL  [Armée Populaire de Libération] a pris le contrôle de la situation.  Comme le rapporte l’Epoch Times, avant ce dernier rapport,  le grade et la spécialisation militaire de Chen n’étaient pas bien connus. Chen Wei  a  été  interviewée  pour  la  première fois  le  30  janvier  par  le  China Science Daily, un journal d’État. Dans  une seconde interview, le lendemain, elle a prédit  que  l’épidémie  de  Wuhan  allait  s’atténuer dans les jours à venir, mais qu’elle pourrait s’aggraver à nouveau bientôt… «  Nous devons nous préparer au pire scénario, trouver les meilleures solutions et  être  prêts  à mener  la  plus  longue  bataille  », a-t-elle déclaré.  […] 

LIBÉRATION ACCIDENTELLE OU INTENTIONNELLE D’UN  VIRUS BIO-INGÉNIÉ  ? 

La militarisation et l’arrivée du plus grand expert en armes biologiques de Chine soulèvent une fois de plus la question  de  savoir  si  la  souche  Wuhan  du  coronavirus  (Covid-19)  est  le  résultat  de mutations naturelles, contre la possibilité qu’il s’agisse d’une souche bio-ingéniée. Étant donné que cette épidémie aurait débuté  fin  décembre,  alors que la plupart des espèces de chauves-souris de la  région sont en hibernation, le fait que cette souche  de  coronavirus  de  Wuhan,  appelée Covid-19,  ait  émergé  à  proximité  du  seul laboratoire  de  virologie  BSL-4  de  Chine, qui, à son tour,  comptait au moins deux scientifiques  chinois  —  Zhengli  Shi  et Xing-Yi  Ge  (tous  deux  virologues  ayant travaillé auparavant dans un laboratoire américain  qui  avait  déjà  réalisé  la  bio-ingénierie d’une souche incroyablement virulente de coronavirus de chauve-souris)  —,  tous  ces  éléments  font  que  la  libération accidentelle d’un virus bio-ingénié destiné à la recherche en immunothérapie défensive par le laboratoire de virologie de  Wuhan  ne  peut  être  automatiquement écartée, surtout si l’on considère les signaux génomiques non naturels de la souche de Wuhan.“

Error

Anonymous comments are disabled in this journal

default userpic